Le , par
Julienne : nouvelle illustration de l’abolition des frontières

IMG_5190

Pour ceux qui connaissent Julienne (pas de honte à ignorer, c’est encore une micro-boîte), c’est une marque parmi d’autres, à la nuance près qu’elle s’est positionnée sur un nouveau marché : les kit repas (tous les ingrédients d’une recette et le pas-à-pas qui va avec dans un sac). A date, quelques dizaines de Monoprix et de Casino sont livrés par Julienne. Depuis ce matin, c’est également… une enseigne. L’atelier de préparation, installé au Pré-Saint-Gervais (93), à deux pas du périphérique parisien, accueille une surface de vente. Modeste, certes, puisqu’il n’y a que 25 mètres carrés dédiés à la vente, mais… qui dit tellement de l’évolution de la conso où les frontières classiques tombent. Terminée l’approche (très silotéee) par canal de vente. Dans cet exemple (comme dans tant d’autres), la nouvelle frontière est constituée de l’éco-système de la marque, de son positionnement, de ses valeurs, etc. C’est donc le cas ici. Julienne se veut l’aide au “fait maison” (en simplifiant ce qui peut l’être d’où les kits) mais peut aussi légitimement proposer directement à la vente les (bons) produits qui constituent ces recettes. C’est le cas avec cette première boutique/atelier, dont le principe pourrait être démultiplié facilement selon la montée en puissance de la demande. Et ça méritait bien que j’aille voir ça in situ !

IMG_5191 IMG_5192 IMG_5194 IMG_5195 IMG_5200 IMG_5202