Le , par
J’aime bien… la posture écolo d’Ariel (et l’implication des clients qui va avec)

IMG_6039-BD

“J’aime bien… la posture écolo d’Ariel”. Le titre doit en faire bondir certains mais, non, il n’y a aucune contrepartie derrière cet élan (#liberté-de-penser). Parce que, oui, j’aime bien la posture écolo d’Ariel. Depuis quelques semaines (et notamment via un spot TV), la marque de Procter entend inciter ses clients à laver en “économisant” quelques degrés sur l’eau de leur machine : – 10 ou – 20°. Une eau moins chaude, c’est automatiquement moins d’énergie nécessaire. Donc un geste “pour la planète”. Et, au-delà, j’aime surtout… le dispositif d’engagement imaginé par la marque et illustré ici dans ce Leclerc (Levallois, 92) : sur ce stand, les clients sont invités à s’engager via un boitier proposant une baisse de 10 ou 20°. A vrai dire, l’essentiel n’est pas ce qu’ils feront ensuite une fois chez eux, mais la sensibilisation au geste de baisser la température. Dans les magasins qui ne bénéficient pas du stand et du boitier, une PLV au rayon lessives avec QR code permet d’obtenir également des engagements. 

IMG_6041-BD IMG_6040-BD

Pour donner corps à cette somme d’engagements, Procter a ensuite imaginé un prolongement sur un site dédié : d’abord un compteur calculant le C02 non répandu dans l’atmosphère ; ensuite une “compétition” entre régions de France pour pointer là où les températures de lavage baisseront le plus. 

IMG_6027-BD IMG_6028-BD

Bien sûr, l’initiative d’Ariel n’est pas sans sous-entendu commerciaux. Inciter les Français à laver plus froid, c’est (probablement) les convaincre d’adopter une marque plus “forte” pour compenser par une forme de réassurance technique la crainte d’un lavage moins efficace. Mais, après tout, que le “grand capital” gagne si la planète y gagne aussi est probablement la voie la plus rapide pour modifier les comportements. Voilà pourquoi j’aime bien… la posture écolo d’Ariel (et l’implication des clients qui va avec).