Le , par
La déflation en chiffres et (surtout) en images

Capture d’écran 2021-07-26 à 06.37.24

Déflation. Le mot s’est banalisé. Tous les mois ou presque, les calculs d’IRI sur le sujet “prix” se soldent par la mesure d’une déflation. Au-delà des pointages mensuels, la remise en perspective long terme est saisissante. Peut-être même glaçante. C’est le sens de l’infographie ci-dessus qui démontre une déflation ininterrompue ou presque depuis 2012 (ligne bleue). Plus frappant encore : depuis 2007, sur les marques nationales (ligne rouge), les prix n’ont quasi pas évolué, + 0,4 % en… 14 ans. Autant dire que les charges additionnelles (+ 21 % si je ne prends que les salaires) ont été totalement absorbées par la chaîne alimentaire, au bénéfice du consommateur. Lequel est donc le grand bénéficiaire de la guerre des prix qui s’est durablement installée. 

Mise en page 1_Page1

Jusque-là, rien de nouveau. L’analyse est courante, mes confrères et moi-même chroniquons fréquemment le sujet ! Ce qui l’est davantage (nouveau), c’est de mettre le mouvement en images, en ouvrant le placard à archives, dans lequel j’ai soigneusement rangé plus de 30 ans de suivi de retail. Deux exemples donc pour illustrer cette déflation. D’abord, des rillettes Bordeau Chesnel chez Leclerc. En 2021, et dans le même magasin, elles sont 9 % moins chères qu’en 2010 (1,99 € vs 2,15 €). Autant dire que si le consommateur a gagné (en intégrant l’évolution de son salaire, son pouvoir d’achat de rillettes s’est envolé de 25 % !), c’est bien qu’un ou plusieurs maillon(s) de la filière ont perdu. Forcément… 

Cora William Saurin

Deuxième exemple : le cassoulet William Saurin chez Cora. Là encore, dans le même magasin, et sur une période de temps encore plus longue (2007/2021), la déflation est plus frappante : – 20 %. Et encore, je vous fais grâce qu’en 2007, 2,75 € était… un prix choc !