Le , par
Bio : retour (logique) à la dure réalité !

Bio3

Gueule de bois pour le bio… Après des années de croissance parfois insolente, les produits bio marquent le pas. Et c’est… normal.

Le bio devait être l’eldorado des rayons. Années après années, le niveau de croissance affolait les compteurs. Par exemple + 24 % en 2018 alors que l’ensemble des rayons (dans leur version dite « conventionnelle ») se contentait de + 1,3 %. En parallèle, les enseignes s’enflammaient, multipliant les concepts et ouvrant grand les rayons au point d’entretenir une sous-performance de l’offre : 8,6 % de l’assortiment en nombre de réfs. mais 5,4 % seulement des ventes.

Bio2

2021 est venu enrayer la belle machine. Selon les sources et les périodes exactes d’études, les chiffres diffèrent mais tous s’accordent : l’eldorado n’est plus, ce qui n’est pas sans poser problème à des filières agricoles qui avaient massivement investi dans des « conversions » (passer du conventionnel au bio) et se retrouvent sans débouché.

En fait, la réalité a rattrapé les idéalistes : non, le bio n’est pas promis à un marché de masse. Le surcoût de production et de distribution (rendements plus bas et moindre économies d’échelle) se répercute logiquement en rayon : environ + 50 %. Ce qui, mécaniquement, resserre la cible.

N’en déplaise à certains, le bio est bien une affaire de consommateurs aisés. Il y a quelques semaines, via mes fils Twitter et Linkedin, j’ai déjà pointé la corrélation entre part du bio et niveau de vie, département par département. Nielsen apporte ici une autre contribution mais… une même conclusion. Le bio ne progresse significativement que chez les foyers aisés. De 2019 à 2021, le bio a gagné 1,3 pt dans les dépenses alimentaires des consommateurs favorisés vs 0,2 pt seulement pour les foyers modestes. Le bio demeurera durablement une niche réservée à une élite…

Bio1

D’ailleurs, les difficultés des distributeurs généralistes à faire vivre leurs enseignes bio en est une conséquence. Auchan et Carrefour ont cessé l’exploitation d’Auchan Bio et Carrefour Bio (et exploitent plutôt Cœur de Nature ou So Bio et Bio c’ Bon). Quant à Leclerc et Casino, ils ne rencontrent pas le succès avec Leclerc Le Marché Bio et Casino Bio. Et l’avenir même de ces enseignes est posé.