À la une

Intermarché et Andros : la guerre est finie !

Intermarché-Andros : c’était le conflit de l’année, le symbole des relations difficiles (euphémisme) entre distributeurs et industriels. Selon mes observations (publiées il y a une semaine sur mes fils Twitter et Linkedin) et mes informations recoupées depuis, la hache de guerre est donc enterrée entre Intermarché et Andros. Les premiers produits Andros (du frais d’abord) sont arrivés en magasin depuis une dizaine de jours et la montée en diffusion est rapide : environ un magasin sur deux sur les produits stars de la gamme que j’ai “tracé” avec la collaboration d’A3 Distrib (Gourmand chocolat, jus d’oranges et compotes pomme nature x 8).

Pour les deux parties, le conflit était coûteux. Andros tenait sa position tarifaire mais perdait un énorme client et (malgré ce qu’il expliquait en négos) en souffrait forcément en usines. Intermarché marquait avec force son refus des conditions mais appauvrissait son assortiment. Fallait voir ces dernières semaines les rayons confiture, à pleurer d’inintérêt.

Sans être en coulisses des retrouvailles (même si je les imagine au 3e sous-sol d’une adresse discrète parce que c’est toujours comme ça !), l’analyse des positionnements prix des produits Andros chez Intermarché suffit à comprendre que l’industriel n’a pas pu faire passer son tarif mais qu’Intermarché n’a pas non plus pu maintenir ses PVC d’avant conflit. Exemple sur Mamie Nova chocolat : sur la période du conflit, le prix moyen France a progressé de 8,5 %, tandis que le produit est revenu chez Intermarché à un prix 5,5 % plus élevé que le niveau auquel il avait disparu au printemps. Bref, la position concurrentielle d’Intermarché s’est améliorée. Ce que confirme mes p’tites infographies. Intermarché est le moins cher ou “dans les” moins chers. Ce qui pourrait compliquer la tâche des commerciaux d’Andros ailleurs. Notamment chez… Leclerc.

2 commentaires

  1. Au lieu de se faire la guerre l’un comme l’autre devrait respecter le client.
    Aucun des deux ne le respecte.
    Pour l’un une augmentation du PV, merci Intermarché, pour l’autre diminution de la quantité de produit.
    Merci a tous les deux.
    Prenez sur vos marges arrières pour respecter le consommateur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page