À la une

Noz : fermetures en série faute de marchandises !

On l’oublie trop souvent mais la marchandise est la première condition du succès commercial, avant même l’image, les prix, l’expérience d’achat ou le sourire de la crémière ! Le discounter-déstockeur Noz en fait actuellement l’expérience. Depuis quelques semaines, l’enseigne multiplie les fermetures. Plus d’une vingtaine à date et mon p’tit doigt me dit (sur la base de ce qu’il a appris au siège de Noz) que la série est loin d’être terminée. Très loin…

En cause : des difficultés à s’approvisionner. Ce que Noz ne cache d’ailleurs pas à ses clients. Exemple ici pour ce magasin fermé à Lempdes dans la périphérie de Clermont-Ferrand (et où je suis allé of course) : “Le contexte actuel ne permet pas l’approvisionnement du magasin“. Comme tous les déstockeurs, Noz ne vit en effet que parce que certains produits échouent à être vendus ailleurs. C’est le principe même du déstockage, qu’il s’agisse d’un échec commercial du produit, d’une non-conformité ou d’une surproduction. Problème : le marché du déstockage est pris dans un étau. D’un côté, les ouvertures se sont multipliées depuis une dizaine d’années ; et, de l’autre, les industriels s’organisent tous les jours un peu mieux pour limiter le recours au déstockage. Résultat : même s’il y a des clients à la porte, la marchandise manque. D’ailleurs, ici à Cournon d’Auvergne, dans l’un des magasins de Clermont-Ferrand qui est demeuré ouvert, c’est bien marée basse sur le remplissage des bacs de fouille. Preuve que Noz a vraiment du mal avec ses appros. Et que l’idée d’une nouvelle vague de fermetures est tout sauf une vue de l’esprit…

14 commentaires

    1. Seriez vous le fameux ActionMan le plus grand de tous les héros ?

      Action s’approvisionne différemment donc, et profite des soucis de Noz ?

  1. Ce modèle du destockage a vécu parce qu’on est passé de l’hyper abondance avec beaucoup d’invendus à la quasi pénurie sur beaucoup de produits. Logistique et réassort automatisés, espace de déstockage frais et épicerie dates courtes ou queue de promo dans tous les magasins désormais, ceux que les retraités et assistés prennent d’assaut dès l’ouverture des portes, et que avec la flambée des coûts de transport le retour de marchandise puis son redispatch devient de moins en moins rentable. En plus Noz c’est souvent des produits de marque inconnus ou étrangers dont le client se méfie car n’ayant aucun référentiel prix. Et si il a un doute il a toujours son portable dégainé. Bref Noz a du souci à se faire.

  2. Qu’ils en profitent pour nettoyer les bacs et balayer les allées. C’est toujours bien rangé et propre les 1eres semaines après les ouvertures. Après quelle horreur cette enseigne (la pire de toutes) : un vrai bazar et sale pour resté poli.
    Stokomani a de beaux jours devant lui

    1. Il y en a de très bien rangés et propre ,celui de Saint etienne par exemple.celui de Chambéry est très sale ,immonde.les clients font n’importe quoi ,aucun respect.

  3. c’est pour ca que depuis plusieurs mois deja le produits etaient souvent les meme du stock mort sorti de … ben du stock. sans grandes nouveautes, sans plus aucun intérêt pour le client dont je faisais parti.

    celui de cournon est en plus relativement vaste.

    on aura droit ensuite a quelques articles sur les leclerc du coin ? ou l’inter qui refait peau neuve ?

    1. que vont faire les milliers de racailles islamiste bachee,africanoide et cs sociaux en gilet jaunes qui y passer leur journee????
      aller voler a action qui ressemble cimme 2 goutte d eau a cette decharge???

  4. Action à un modèle différent, avec de vrais circuits dappros, de “vrais” produits, et surtout indépendants de finalement la mauvaise gestion d’autres acteurs économiques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page