Le , par
Rendez-vous à l’Elysée

invitation CE 001Surprise en ouvrant le courrier. C’est Nicolas Sarkozy lui même qui me convie à l’Elysée lundi prochain. Mazette. Il y remettra les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur à Edouard Leclerc et sa femme Hélène, les parents de Michel-Edouard Leclerc. Au-delà du plaisir non dissimulé de jouer au curieux dans un lieu peu commun pour le citoyen ordinaire, c’est la surprise : Edouard Leclerc aura donc attendu le 60e anniversaire de sa première échoppe à Landerneau (c’était précisément en décembre 1949) pour être distingué. Tout a été dit – ou presque – sur l’aventure Leclerc (voir à ce propos l’excellente enquête de Frédéric Carluer Lossouarn, www.lesystemeleclerc.fr). J’ai moi même pas mal écrit sur l’homme et le mouvement, ici et dans ma précédente vie à la tête de Linéaires. Et pourtant m’avait échappé cette incongruité : l’absence d’Edouard Leclerc au palmarès des Français les plus méritants. Voilà qui est réparé et d’une manière toute symbolique : en y associant sa femme Hélène, dont les plus anciens des adhérents Leclerc (comme des fournisseurs d’ailleurs !) se souviennent du rôle actif qu’elle a pris au développement du mouvement. Et pas seulement parce qu’elle « porta » neuf mois durant celui qui en prendrait un jour la tête…