Le , par
En live de l'AG Carrefour

LES FAITS. Carrefour a tenu ce matin à Paris (Louvre) son assemblée générale. Une AG que j’ai très librement chroniquée en live sur le site olivierdauvers.fr. Le compte-rendu pour ceux qui n’ont pas suivi le «live».
9h35
Démarrage de l’AG Carrefour au Louvre. Un moment fort de l’année pour le groupe. Carrefour doit notamment y faire acter la scission de Dia. Scission probable. Là-dessus, peu de suspens. En revanche, moins garanti, le calme de l’AG. Le service d’ordre mis en place en témoigne. Sur les dents. De même, les nombreux syndicalistes, même pas discrets avec leurs drapeaux. A suivre donc !
9h41
Amaury de Sèze, pdt du Conseil Administration, attaque l’intro. «Je serai direct». Et le voilà bien plus direct qu’à l’ordinaire. «Vous êtes impatients. Les choses ne vont pas assez vite […]. Je vous comprends».
9h46
La salle se remplit encore. A la louche, plus de 1 200 personnes actuellement. Je peux même vous faire une moyenne d’âge. Toujours à la louche : plus de 60 ans !
9h47
Lars Olofsson à la tribune. A peine trois mots et déjà interrompu par un collectif baptisé «La barbe». Une dizaine de femmes (barbe postiche sur le visage) sur scène devant LO. LO regagne son siège. Froid à la      tribune. Grognements dans l’assistance !
9h48
Une porte-parole du collectif dégote un micro. Sa revendication ? plus de femmes. Elles sont 65 % des employés et agents de maîtrise, mais 5 % du conseil d’administration. Un p’tit mot pas méchant, assez finement écrit d’ailleurs. Bref, première interruption de séance finalement sans tension. LO revient au pupitre.
9h52
«Le cours de l’action a baissé. Tout comme vous, je n’en suis pas satisfait». «Où va Carrefour ? J’ai l’ambition aujourd’hui de répondre à cette question». Ça y est ! C’est parti. On rentre dans le dur. Et dans l’emphase. Lisez plutôt : « Magnifique entreprise. Marque unique. Fort potentiel de croissance […]. Le cap est clairement fixé. La barre est fermement tenue. C’est un trajet au long cours. Il y aura beaucoup de vents contraires et peut-être même des tempêtes». Captain Lars…
9h59
Dans l’intention, la stratégie n’a pas bougé d’un iota. Elle se résume en 3 axes : 1) devenir le commerçant préféré des clients ; 2) Etre le best-in-class en efficacité et en profitabilité ; 3) Etre le leader sur les marchés émergents. Toujours aussi clair. Mais, c’est à présent sur les moyens que les actionnaires attendent Carrefour.
10h03
Quelques résultats de Planet. Sur les 4 magasins originels : + 10,9 % en CA à fin mai. Et + 10,2 % en débit. Dans le détail des univers : Mode       + 13 %, Frais + 21 %, Bio + 35 %, Bébé + 20 %, EPCS + 2,5 %, Maison + 19 %, Beauté + 20 %.
10h12
En fait, c’est limpide. LO a choisi une lecture très… positive de l’année 2010. Après les résultats de Planet, différents items sont passés en revue. Avec, à chaque fois, les avancées de l’année : baisse des ruptures, amélioration de l’image-prix et même gain de part de marché. Eh oui, parce qu’à ce stade, Carrefour communique sur sa part de marché «total enseignes Carrefour». Soit 22,4 % quand on additionne les hypers, les supers et la proximité. Reste qu’il va bien falloir bientôt parler spécifiquement des hypers en France…
10h15
Lars Olofsson a terminé son bilan de l’année. Il annonce qu’il revient tout à l’heure pour le plan d’action 2011. Place à Pierre Bouchut, le directeur financier. Des slides et des chiffres déjà connus depuis 2 mois.
10h23
Au passage, un chiffre glané : ce que Carrefour appelle ses frais de siège. C’est certes anecdotique, mais tout de même… 160 millions d’euros. A dire vrai, je n’ai aucune idée du périmètre exact de ces frais de siège. Si je croise Pierre Bouchut plus tard, promis, je lui pose la question.
10h28
Un chiffre qui impressionne toujours. L’expansion en Chine. 30 nouveaux hypers sur l’année !
10h40
Fin de la présentation des comptes. Retour de LO au pupitre. Pour parler de 2011 désormais.
10h44
«En France, notre performance n’est clairement pas satisfaisante. En termes de ventes et de rentabilité». Parmi les chantiers annoncés : la promo. De la promo plus «intense» annonce LO. Mazette… Carrefour a déjà une part de voix deux fois plus importante que sa part de marché. Ça promet !
10h45
Ça, c’est de l’info : LO annonce que le drive est l’une des priorités pour la France. Il était temps… Carrefour n’exploite toujours que 2 drive vs 90 pour Leclerc ou 70 pour Auchan par exemple. LO annonce 20 drives d’ici la fin de l’année.
10h47
Renforcement de la stratégie MDD. Refonte annoncée. Notamment au niveau pack. 1 500 nouveaux produits en 2011. A date, la MDD pèse 25,2 % du CA France. L’objectif est fixé à 40 %, mais l’échéance non fixée.
10h49
Objectif Planet pour la fin d’année. 40 Planet en France, 37 en Espagne, 9 en Belgique, 4 en Italie, 2 en Grèce.
10h55
Coup d’œil à la salle. Elle est désormais bondée. J’estime à 2 000 participants. Impressionnant.
10h58
Vient donc le tour de Dia. Pas facile de légitimer de se séparer d’une activité aussi importante après avoir, des années durant, couru après la taille. Parce que, l’air de rien, Dia c’est quand même 10 milliards d’euros de CA. Premiers bruissements dans la salle. Mais rien de bien méchant.
11h02
C’est drôle là, parce que Carrefour est en train de vanter les mérites de Dia ! Je cite : «Dia, une stratégie unique et créatrice de valeur […]. Un business model unique qui procure à Dia un solide avantage concurrentiel». J’imagine ce que pensent ceux qui sont moyennement convaincus par le projet de scission : mais pourquoi donc vendre ce que Carrefour est quasiment en train de décrire comme une pépite ?
11h07
Echange de mails avec un analyste financier de mes relations présent dans la salle. L’AG a commencé depuis 1h30 et encore aucun écho à la baisse annoncée de 35 % du résultat en France sur le S1, me fait-il remarquer. Je lui réponds : ça va venir ! Forcément… Sauf si… Sauf si Carrefour a fait le choix de ne traiter le sujet qu’en réponse à une question de la salle, parce qu’elle devrait bien venir. Le risque étant quand même de ne pas en apparaître comme très transparent.
11h11
Carrefour est toujours en train de faire de la retape pour Dia. Faut bien habiller la mariée ! Tout y passe, jusqu’au plan de développement de Dia pour les années qui viennent. Pourtant, très probablement, Dia ne vivra pas longtemps seul. Le 5 juillet, 80 % de ses actions seront complètement « flottantes », donc aisément ramassables. Je mets mon billet sur la table que ça ne traînera pas.
11h14
LO vient de conclure son speech. «Mesdames et messieurs, je vous remercie». Quelques sifflets dans la salle. Puis un film. A priori, vont désormais venir les questions. Va y avoir du sport…
11h16
A mourir de rire. Deux actionnaires derrière moi (des femmes un peu âgées) sont en train de se crêper le chignon parce que l’une d’elle veut déposer ses documents sur le siège libre entre elles deux. Deux gamines en fait. La sécurité obligée d’intervenir ! On attendait les syndicalistes et ce sont finalement deux grands-mères qui assurent le spectacle.
11h18
Toujours pas les questions. C’est la lecture du rapport des commissaires aux comptes. C’est rarement joyeux. La tradition est respectée…
11h25
Ça y est, les questions. D’abord les questions écrites. Rarement très toniques, à la différence des interpellations en live. Première question malgré tout intéressante. En gros : peut-on forcer un actionnaire de Carrefour à recevoir une action Dia pour chaque action Carrefour possédée ? Dit autrement : peut-on obliger quelqu’un à être actionnaire d’une entreprise contre son gré ? Intéressante question. La réponse est pour autant simple. Les actions Dia distribuées le sont sous forme de dividende exceptionnel. Donc tout est OK.
11h29
Arrivée des hôtesses avec micro et petits panonceaux avec numéros pour qu’Amaury de Sèze puisse distribuer la parole. Eh oui, ça s’organise des questions dans une salle de cette taille ! Statistiquement, vous avez une chance sur 10 que votre question soit retenue. Mais c’est le jeu ma pauv’Lucette dois-je expliquer à une actionnaire individuelle qui râle déjà, certaine qu’elle ne pourra pas poser «sa» question.
11h34
En réponse à une question écrite sur les MDD : «Les produits Carrefour sont systématiquement dégustés à l’aveugle et ne sont commercialisés que s’ils sont au même niveau ou supérieurs aux grandes marques nationales». Perso, j’aimerais bien voir le résultat du test sur la pâte à tartiner au chocolat pour vérifier si l’affirmation est exacte…
11h37
Démarrage des questions publiques. La première est pour un habitué ! Et qui annonce que ça sera long. Au moins, on est prévenu.
11h38
Premier sujet de la question, le salaire de LO. 5,2 millions d’euros en 2010, dit-il. Applaudissements dans la salle, évidemment. La question continue. Pas bête l’actionnaire. Je résume : «Vous nous avez donné des chiffres de débit et de volume sur les nouveaux Carrefour Planet, mais qu’en est-il de la marge ? Vous pensez que l’on peut vous suivre, nous actionnaires, dans le plan de déploiement et les investissements nécessaires alors que l’on n’a pas eu d’éléments sur la rentabilité?»  Dernière question, celle qui tue. Là, c’est du précis : «Monsieur le président, pensez-vous avoir un bon conseil d’administration?» Et l’actionnaire de demander la démission de Bernard Arnault auquel est reproché de ne jamais avoir assisté à cette AG. Salve d’applaudissements. La question est terminée. 5’30’’ quand même. Mais bien ficelée la question !
11h47
Réponses. Faut évidemment pas s’attendre à des scoops. C’est forcément feutré. Amaury de Sèze (AS) rappelle qu’en fait la rémunération de LO a baissé en 2010. Ricanements derrière moi.
11h51
Smash à la tribune. Pierre Bouchut évoque l’actionnariat de Carrefour en signalant les grands fonds de pensions internationaux, les actionnaires américains, anglo-saxons, et, dit-il, les « petits » actionnaires français. De fait, il y a là une forme de condescendance finalement normale. AS interrompt sèchement. «Il n’y a pas de petits actionnaires». Dont acte. Pierre Bouchut ne commettra pas l’erreur deux fois !
11h55
Seconde question. Encore un habitué dont les questions ont la réputation de ne pas être claires. Là aussi, la tradition est respectée. Charme des assemblées générales.
11h59
LO défend le tout sous le même toit. Il évoque l’électronique dont la rentabilité est faible. «Mais si on supprime l’électronique, on supprime une raison de venue des consommateurs dans nos hypers».
12h02
Question sur l’existence de discussions au Brésil avec la famille Diniz, le partenaire de Casino dans Pao de Acuçar. Réponse : «On ne commente pas les rumeurs». Là, au moins, on est avancé. Mais qui ne dément pas… Mais d’ailleurs, a-t-on vraiment besoin d’une confirmation ?
12h05
Question d’un salarié. On apprend que ses collègues sont à l’extérieur du bâtiment pour manifester leur désapprobation. Sous-entendu, ils ne sont pas là. Pas de risque donc de débordement. Entre autres remarques de ce salarié, une idée évoquée plus haut : «Pourquoi vendre Dia, une entreprise que vous présentez avec tant d’emphase ?» Fin de l’intervention : «Je sais que vous répondrez pas à mes questions, ou que vous répondrez à côté». Au moins, il ne prend pas le risque d’être déçu…
12h11
On entend des cornes de brume à l’extérieur de la salle. Des bruits qui se rapprochent. Les têtes se tournent. J’imagine l’état du service de sécurité…
12h12
Au hasard d’une réponse, on apprend que Bernard Arnault est tous les samedis dans un hypermarché. Eh bien, Bernard Arnault et moi, on est pareils alors !
12h18
A l’extérieur, le bruit des manifestants revient régulièrement. Mais ils semblent tenus à bonne distance. A la tribune, LO évoque les négos avec les industriels. «Je confirme, même si j’ai des amis chez les fournisseurs, mon devoir est de limiter les augmentations. J’ai lu dans un journal que Carrefour était devenu aussi dur que Leclerc. Je considère que c’est un compliment».
12h21
Question sur les prix. Et cette incroyable réponse de LO. Je la reprends mot pour mot.  «Carrefour n’est pas le moins cher. Carrefour n’est pas le plus cher. On est dans le milieu du marché». La réponse est passée presque inaperçue. Pourtant, c’est sidérant. Il ne faut pas se forcer beaucoup pour en déduire que Carrefour n’a pas aujourd’hui une autre ambition que d’être dans le ventre mou du classement des prix. Carrefour, le second distributeur mondial, qui ne vise pas la première place en France, son marché domestique. Perso, moi qui assume d’être un intégriste des prix, je n’en reviens pas…
12h25
Flottement à la tribune. Malaise même. A la question de savoir si l’action Dia pourra rester dans le PEA du petit actionnaire, réponse embarrassée d’Amaury de Sèze (vous savez, celui qui a smashé Pierre Bouchut plus tôt parce qu’il faisait une différence entre les actionnaires) : «Je ne sais pas». Sourires dans l’assistance devant l’hésitation du président du conseil d’administration ne sachant finalement ce qui intéresse vraiment le fameux « petit » actionnaire !
12h31
Drôle. Un actionnaire évoque le fameux bon d’achat de 3 euros que Carrefour remettait à ses clients en cas d’erreur de prix. A la tribune, LO ne voit visiblement pas bien de quoi il s’agit. Heureusement, il appelle à la rescousse Guillaume Vicaire, le patron des hypers France qui évoque un «arbitrage».
12h35
Déjà trois heures d’AG. Question de Jean-Pierre Labruyère, un «gros» actionnaire/partenaire de Carrefour via Labruyère/Eberlé. Bref, pas un quidam. Voix de stentor. Et une conclusion à double lecture, critique ou encouragement. Je cite : «Il faut refaire du commerce. Il ne faut plus de théorie, plus de concept. Mais du commerce». A la tribune, AS choisit la lecture encourageante de la question, remercie un «ami» et passe à la suite. Pourtant, dans le ton de l’intervention de Jean-Pierre Labruyère, il y avait clairement de la critique. Affectueuse, certes. Mais c’était une vraie charge. Un moment à revoir sur la vidéo de l’AG sur le site Carrefour.
12h45
Le bruit des manifestants se rapproche. La sécurité ferme les portes. Ceux qui veulent sortir font la gueule. L’AG est fermée de l’intérieur…
12h52
Je vous confirme, l’AG est fermée. Personne ne peut sortir.
12h52
Amaury de Sèze veut lire «un message personnel». La lumière baisse. Effet d’annonce. AS annonce qu’il va quitter la présidence du Conseil d’Administration à l’issue de l’AG et qu’il proposera que Lars Olofsson soit à la fois président et directeur général. Ce qui revient quand même à le conforter.
12h55
C’est l’heure du vote. J’avais certes acheté une action pour être sûr de pouvoir rentrer, mais je vais m’abstenir de voter. Pas bien, je sais. Mais le bouclage de RENNES CONSO m’attend à Rennes. Je lève le camp.
Olivier Dauvers
PS : sans surprise, toutes les résolutions ont été adoptées.

9h35

Démarrage de l’AG Carrefour au Louvre. Un moment fort de l’année pour le groupe. Carrefour doit notamment y faire acter la scission de Dia. Scission probable. Là-dessus, peu de suspens. En revanche, moins garanti, le calme de l’AG. Le service d’ordre mis en place en témoigne. Sur les dents. De même, les nombreux syndicalistes, même pas discrets avec leurs drapeaux. A suivre donc !

9h41

Amaury de Sèze, pdt du Conseil Administration, attaque l’intro. «Je serai direct». Et le voilà bien plus direct qu’à l’ordinaire. «Vous êtes impatients. Les choses ne vont pas assez vite […]. Je vous comprends».

9h46

La salle se remplit encore. A la louche, plus de 1 200 personnes actuellement. Je peux même vous faire une moyenne d’âge. Toujours à la louche : plus de 60 ans !

9h47

Lars Olofsson à la tribune. A peine trois mots et déjà interrompu par un collectif baptisé «La barbe». Une dizaine de femmes (barbe postiche sur le visage) sur scène devant LO. LO regagne son siège. Froid à la tribune. Grognements dans l’assistance !

9h48

Une porte-parole du collectif dégote un micro. Sa revendication ? plus de femmes. Elles sont 65 % des employés et agents de maîtrise, mais 5 % du conseil d’administration. Un p’tit mot pas méchant, assez finement écrit d’ailleurs. Bref, première interruption de séance finalement sans tension. LO revient au pupitre.

9h52

«Le cours de l’action a baissé. Tout comme vous, je n’en suis pas satisfait». «Où va Carrefour ? J’ai l’ambition aujourd’hui de répondre à cette question». Ça y est ! C’est parti. On rentre dans le dur. Et dans l’emphase. Lisez plutôt : « Magnifique entreprise. Marque unique. Fort potentiel de croissance […]. Le cap est clairement fixé. La barre est fermement tenue. C’est un trajet au long cours. Il y aura beaucoup de vents contraires et peut-être même des tempêtes». Captain Lars…

9h59

Dans l’intention, la stratégie n’a pas bougé d’un iota. Elle se résume en 3 axes : 1) devenir le commerçant préféré des clients ; 2) Etre le best-in-class en efficacité et en profitabilité ; 3) Etre le leader sur les marchés émergents. Toujours aussi clair. Mais, c’est à présent sur les moyens que les actionnaires attendent Carrefour.

10h03

Quelques résultats de Planet. Sur les 4 magasins originels : + 10,9 % en CA à fin mai. Et + 10,2 % en débit. Dans le détail des univers : Mode + 13 %, Frais + 21 %, Bio + 35 %, Bébé + 20 %, EPCS + 2,5 %, Maison + 19 %, Beauté + 20 %.

10h12

En fait, c’est limpide. LO a choisi une lecture très… positive de l’année 2010. Après les résultats de Planet, différents items sont passés en revue. Avec, à chaque fois, les avancées de l’année : baisse des ruptures, amélioration de l’image-prix et même gain de part de marché. Eh oui, parce qu’à ce stade, Carrefour communique sur sa part de marché «total enseignes Carrefour». Soit 22,4 % quand on additionne les hypers, les supers et la proximité. Reste qu’il va bien falloir bientôt parler spécifiquement des hypers en France…

10h15

Lars Olofsson a terminé son bilan de l’année. Il annonce qu’il revient tout à l’heure pour le plan d’action 2011. Place à Pierre Bouchut, le directeur financier. Des slides et des chiffres déjà connus depuis 2 mois. Mais c’est, là, le principe de l’AG.

10h23

Au passage, un chiffre glané : ce que Carrefour appelle ses frais de siège. C’est certes anecdotique, mais tout de même… 160 millions d’euros. A dire vrai, je n’ai aucune idée du périmètre exact de ces frais de siège. Si je croise Pierre Bouchut plus tard, promis, je lui pose la question.

10h28

Un chiffre qui impressionne toujours. L’expansion en Chine. 30 nouveaux hypers sur l’année !

10h40

Fin de la présentation des comptes. Retour de LO au pupitre. Pour parler de 2011 désormais.

10h44

«En France, notre performance n’est clairement pas satisfaisante. En termes de ventes et de rentabilité». Parmi les chantiers annoncés : la promo. De la promo plus «intense» annonce LO. Mazette… Carrefour a déjà une part de voix deux fois plus importante que sa part de marché. Ça promet !

10h45

Ça, c’est de l’info : LO annonce que le drive est l’une des priorités pour la France. Il était temps… Carrefour n’exploite toujours que 2 drive vs 90 pour Leclerc ou 70 pour Auchan par exemple. LO annonce 20 drives d’ici la fin de l’année.

10h47

Renforcement de la stratégie MDD. Refonte annoncée. Notamment au niveau pack. 1 500 nouveaux produits en 2011. A date, la MDD pèse 25,2 % du CA France. L’objectif est fixé à 40 %, mais l’échéance non fixée.

10h49

Objectif Planet pour la fin d’année. 40 Planet en France, 37 en Espagne, 9 en Belgique, 4 en Italie, 2 en Grèce.

10h55

Coup d’œil à la salle. Elle est désormais bondée. J’estime à 2 000 participants. Impressionnant.

10h58

Vient donc le tour de Dia. Pas facile de légitimer de se séparer d’une activité aussi importante après avoir, des années durant, couru après la taille. Parce que, l’air de rien, Dia c’est quand même 10 milliards d’euros de CA. Premiers bruissements dans la salle. Mais rien de bien méchant.

11h02

C’est drôle là, parce que Carrefour est en train de vanter les mérites de Dia ! Je cite : «Dia, une stratégie unique et créatrice de valeur […]. Un business model unique qui procure à Dia un solide avantage concurrentiel». J’imagine ce que pensent ceux qui sont moyennement convaincus par le projet de scission : mais pourquoi donc vendre ce que Carrefour est quasiment en train de décrire comme une pépite ?

11h07

Echange de mails avec un analyste financier de mes relations présent dans la salle. L’AG a commencé depuis 1h30 et encore aucun écho à la baisse annoncée de 35 % du résultat en France sur le S1, me fait-il remarquer. Je lui réponds : ça va venir ! Forcément… Sauf si… Sauf si Carrefour a fait le choix de ne traiter le sujet qu’en réponse à une question de la salle, parce qu’elle devrait bien venir. Le risque étant quand même de ne pas en apparaître comme très transparent.

11h11

Carrefour est toujours en train de faire de la retape pour Dia. Faut bien habiller la mariée ! Tout y passe, jusqu’au plan de développement de Dia pour les années qui viennent. Pourtant, très probablement, Dia ne vivra pas longtemps seul. Le 5 juillet, 80 % de ses actions seront complètement « flottantes », donc aisément ramassables. Je mets mon billet sur la table que ça ne traînera pas.

11h14

LO vient de conclure son speech. «Mesdames et messieurs, je vous remercie». Quelques sifflets dans la salle. Puis un film. A priori, vont désormais venir les questions. Va y avoir du sport…

11h16

A mourir de rire. Deux actionnaires derrière moi (des femmes un peu âgées) sont en train de se crêper le chignon parce que l’une d’elle veut déposer ses documents sur le siège libre entre elles deux. Deux gamines en fait. La sécurité obligée d’intervenir ! On attendait les syndicalistes et ce sont finalement deux grands-mères qui assurent le spectacle.

11h18

Toujours pas les questions. C’est la lecture du rapport des commissaires aux comptes. C’est généralement pas joyeux. La tradition est respectée…

11h25

Ça y est, les questions. D’abord les questions écrites. Rarement très toniques, à la différence des interpellations en live. Première question malgré tout intéressante. En gros : peut-on forcer un actionnaire de Carrefour à recevoir une action Dia pour chaque action Carrefour possédée ? Dit autrement : peut-on obliger quelqu’un à être actionnaire d’une entreprise contre son gré ? Intéressante question. La réponse est pour autant simple. Les actions Dia distribuées le sont sous forme de dividende exceptionnel. Donc tout est OK.

11h29

Arrivée des hôtesses avec micro et petits panonceaux avec numéros pour qu’Amaury de Sèze puisse distribuer la parole. Eh oui, ça s’organise des questions dans une salle de cette taille ! Statistiquement, vous avez une chance sur 10 que votre question soit retenue. Mais c’est le jeu ma pauv’Lucette dois-je expliquer à une actionnaire individuelle qui râle déjà, certaine qu’elle ne pourra pas poser «sa» question.

11h34

En réponse à une question écrite sur les MDD : «Les produits Carrefour sont systématiquement dégustés à l’aveugle et ne sont commercialisés que s’ils sont au même niveau ou supérieurs aux grandes marques nationales». Perso, j’aimerais bien voir le résultat du test sur la pâte à tartiner au chocolat pour vérifier si l’affirmation est exacte…

11h37

Démarrage des questions publiques. La première est pour un habitué ! Et qui annonce que ça sera long. Au moins, on est prévenu.

11h38

Premier sujet de la question, le salaire de LO. 5,2 millions d’euros en 2010, dit-il. Applaudissements dans la salle, évidemment. La question continue. Pas bête l’actionnaire. Je résume : «Vous nous avez donné des chiffres de débit et de volume sur les nouveaux Carrefour Planet, mais qu’en est-il de la marge ? Vous pensez que l’on peut vous suivre, nous actionnaires, dans le plan de déploiement et les investissements nécessaires alors que l’on n’a pas eu d’éléments sur la rentabilité?» Dernière question, celle qui tue. Là, c’est du précis : «Monsieur le président, pensez-vous avoir un bon conseil d’administration?» Et l’actionnaire de demander la démission de Bernard Arnault auquel est reproché de ne jamais avoir assisté à cette AG. Salve d’applaudissements. La question est terminée. 5’30’’ quand même. Mais bien ficelée la question !

11h47

Réponses. Faut évidemment pas s’attendre à des scoops. C’est forcément feutré. Amaury de Sèze (AS) rappelle qu’en fait la rémunération de LO a baissé en 2010. Ricanements derrière moi.

11h51

Smash à la tribune. Pierre Bouchut évoque l’actionnariat de Carrefour en signalant les grands fonds de pensions internationaux, les actionnaires américains, anglo-saxons, et, dit-il, les « petits » actionnaires français. De fait, il y a là une forme de condescendance finalement normale. AS interrompt sèchement. «Il n’y a pas de petits actionnaires». Dont acte. Pierre Bouchut ne commettra pas l’erreur deux fois !

11h55

Seconde question. Encore un habitué. Ses questions ont la réputation de ne pas être claires. Là aussi, la tradition est respectée. Charme des assemblées générales.

11h59

LO défend le tout sous le même toit. Il évoque l’électronique dont la rentabilité est faible. «Mais si on supprime l’électronique, on supprime une raison de venue des consommateurs dans nos hypers».

12h02

Question sur l’existence de discussions au Brésil avec la famille Diniz, le partenaire de Casino dans Pao de Acuçar. Réponse : «On ne commente pas les rumeurs». Là, au moins, on est avancé. Mais qui ne dément pas… Mais d’ailleurs, a-t-on vraiment besoin d’une confirmation ?

12h05

Question d’un salarié. On apprend que ses collègues sont à l’extérieur du bâtiment pour manifester leur désapprobation. Sous-entendu, ils ne sont pas là. Pas de risque donc de débordement. Entre autres remarques de ce salarié, une idée évoquée plus haut : «Pourquoi vendre Dia, une entreprise que vous présentez avec tant d’emphase ?» Fin de l’intervention : «Je sais que vous répondrez pas à mes questions, ou que vous répondrez à côté». Au moins, il ne prend pas le risque d’être déçu…

12h11

On entend des cornes de brume à l’extérieur de la salle. Des bruits qui se rapprochent. Les têtes se tournent. J’imagine l’état du service de sécurité…

12h12

Au hasard d’une réponse, on apprend que Bernard Arnault est tous les samedis dans un hypermarché. Eh bien, Bernard Arnault et moi, on est pareils alors !

12h18

A l’extérieur, le bruit des manifestants revient régulièrement. Mais ils semblent tenus à bonne distance. A la tribune, LO évoque les négos avec les industriels. «Je confirme, même si j’ai des amis chez les fournisseurs, mon devoir est de limiter les augmentations. J’ai lu dans un journal que Carrefour était devenu aussi dur que Leclerc. Je considère que c’est un compliment».

12h21

Question sur les prix. Et cette incroyable réponse de LO. Je la reprends mot pour mot.  «Carrefour n’est pas le moins cher. Carrefour n’est pas le plus cher. On est dans le milieu du marché». La réponse est passée presque inaperçue. Pourtant, c’est sidérant. Il ne faut pas se forcer beaucoup pour en déduire que Carrefour n’a pas aujourd’hui une autre ambition que d’être dans le ventre mou du classement des prix. Carrefour, le second distributeur mondial, qui ne vise pas la première place en France, son marché domestique. Perso, moi qui assume d’être un intégriste des prix, je n’en reviens pas…

12h25

Flottement à la tribune. Malaise même. A la question de savoir si l’action Dia pourra rester dans le PEA du petit actionnaire, réponse embarrassée d’Amaury de Sèze (vous savez, celui qui a smashé Pierre Bouchut plus tôt parce qu’il faisait une différence entre les actionnaires) : «Je ne sais pas». Sourires dans l’assistance devant l’hésitation du président du conseil d’administration ne sachant finalement pas ce qui intéresse vraiment le fameux « petit » actionnaire !

12h31

Drôle. Un actionnaire évoque le fameux bon d’achat de 3 euros que Carrefour remettait à ses clients en cas d’erreur de prix. A la tribune, LO ne voit visiblement pas bien de quoi il s’agit. Heureusement, il appelle à la rescousse Guillaume Vicaire, le patron des hypers France qui évoque un «arbitrage».

12h35

Déjà trois heures d’AG. Question de Jean-Pierre Labruyère, un «gros» actionnaire/partenaire de Carrefour via Labruyère/Eberlé. Bref, pas un quidam. Voix de stentor. Et une conclusion à double lecture, critique ou encouragement. Je cite : «Il faut refaire du commerce. Il ne faut plus de théorie, plus de concept. Mais du commerce». A la tribune, AS choisit la lecture encourageante de la question, remercie un «ami» et passe à la suite. Pourtant, dans le ton de l’intervention de Jean-Pierre Labruyère, il y avait clairement de la critique. Affectueuse, certes. Mais c’était une vraie charge. Un moment à revoir sur la vidéo de l’AG sur le site Carrefour.

12h45

Le bruit des manifestants se rapproche. La sécurité ferme les portes. Ceux qui veulent sortir font la gueule. L’AG est fermée de l’intérieur…

12h52

Je vous confirme, l’AG est fermée. Personne ne peut sortir.

12h52

Amaury de Sèze veut lire «un message personnel». La lumière baisse. Effet d’annonce. AS annonce qu’il va quitter la présidence du Conseil d’Administration à l’issue de l’AG et qu’il proposera que Lars Olofsson soit à la fois président et directeur général. Ce qui revient quand même à le conforter.

12h55

C’est l’heure du vote. J’avais certes acheté une action pour être sûr de pouvoir rentrer, mais je vais m’abstenir de voter. Pas bien, je sais. Mais le bouclage de RENNES CONSO m’attend à Rennes. Je lève le camp.

Olivier Dauvers

PS : sans surprise, toutes les résolutions ont été adoptées.