Le , par
Interview d’Olivier Marcheteau, président de Cdiscount

OM

«  Nous entendons tester les différents mariages off-line/on-line »

Seconde étape de la semaine spéciale Cdiscount. Après la découverte en images du fonctionnement du site hier, la vision d’Olivier Marcheteau, ex-Microsfot et depuis un an président de Cdiscount, ainsi que directeur du e-commerce non alimentaire de Casino.

OD : Cdiscount a inauguré le mois dernier un premier magasin à Paris, rue du Bac. S’agit-il d’abord d’une vitrine au cœur de Paris pour un site aux racines provinciales, d’un point de relation-client ou d’un véritable lieu de vente ?

OM : Pour tout dire, à l’origine, il y a d’abord une opportunité que nous avons saisie. Ensuite, c’est clairement un lieu de vente. Nous sommes rue du Bac pour y faire du commerce et pas un musée !

OD : Néanmoins, pourquoi cet écart avec l’identité commerciale du site, caractérisée par une créativité graphique débridée, parfois potache ?

OM : C’est un choix assumé, fidèle à l’emplacement, le 7e arrondissement de Paris. Nous avons effectivement imaginé un point de vente plus « calme » que le site, un univers plus qualitatif qui assure pour autant la promesse numéro 1 de Cdiscount : le prix le plus compétitif possible. Autour de cette promesse intangible, nous avons clairement l’ambition de tester différents mariages possibles entre les deux mondes, le on-line et le off-line. C’est ainsi qu’il faut comprendre notre magasin parisien. Et c’est aussi dans cette logique que s’inscrit le développement des points de retrait Cdiscount au sein des magasins du groupe, qu’il s’agisse des hypers, des supers ou des magasins de proximité.