Le , par
EXCLU : près de 9 hypers Carrefour sur 10 dans le rouge en 2012 mais…

Carrefour2012Le bilan est sans appel : de janvier à août 2012, près de neuf hypers Carrefour sur 10 sont en perte de chiffre d’affaires selon des données internes que j’ai pu consulter. Autant dire que sur les 8 premiers mois de l’année, la situation n’est pas franchement à l’amélioration. 156 hypers sont même en recul de plus de 2 %. L’an dernier, ils n’étaient “que” 147. A l’inverse, ils ne sont plus que 9 à progresser de plus de 2 % contre 14 %. Intéressant : parmi ces 9 sites “positifs” figurent La Rochelle-Angoulins (+2 %) et La Roche sur Yon (+ 5,6 %). Pourquoi je les mentionne ? Parce qu’il s’agit, là, d’agglomérations où il y avait l’an dernier 2 Carrefour mais, dans les deux cas, l’un d’eux a changé d’enseigne pour devenir Hyper U suite à l’affiliation de Coop Atlantique à Système U Ouest. Ce qui prouve que, finalement, même si elle régresse toujours, l’enseigne Carrefour (ses produits, sa carte de fidélité, etc.) conserve un réel niveau d’attractivité !

Dans le détail, Carrefour souffre avant tout du reflux du non-alimentaire auquel l’enseigne est exposé. Sur le bazar, seuls 3 hypers sont positifs. 216 sont donc négatifs (80 reculent même de plus de 15 %…). Il y a bien sûr un effet enseigne (comment le nier…) mais également un effet format et produits. Est-ce un hasard si le recul est moins marqué sur les rayons les moins web-perméables… ? Evidemment pas. En bricolage par exemple, Carrefour est positif dans la moitié du parc. Pas mal ! En jardin (et malgré la saison), 50 hypers ont un meilleur bilan que l’an passé. Et en chaussures, 150 font mieux que leur historique. Voilà une vraie piste de réflexion pour le futur de l’hyper : la web-perméabilité ou, au choix, la web-étanchéité des marchés (certains m’entendent parler de ce concept depuis plusieurs années désormais, force est de reconnaître qu’il fait sens…)

Par opposition, la situation est moins délicate en alimentaire. Tant en PGC qu’en frais LS, une majorité de sites sont dans le rouge. Mais le bilan varie finalement peu d’une année sur l’autre. Sur ce point, la situation n’a pu que s’améliorer en septembre et en octobre suite au carton de l’opération “Le Mois”. Mais comme Carrefour interdit désormais l’évocation de sa part de marché, on va donc considérer que même pour en dire du bien, il faut utiliser de conditionnelles circonvolutions (voyez l’ânerie de la situation…). Il se murmure donc que, sur la dernière période connue, l’enseigne aurait stoppé sa chute. En clair que la baisse de part de marché correspondrait (à un poil près) à l’effet de parc suite au départ d’Altis et de Coop Atlantique (l’info est facile à trouver). Pourtant, l’opération Le Mois n’a compté que pour une semaine sur les 4 de la mesure. Autant dire que sur la prochaine période disponible (et je reprends le pari finalement pas si perdu que ça d’il y a trois semaines !), les hypers Carrefour pourraient bien faire mieux que – 0,5 %.

PS : pour qu’il n’y ait pas de jaloux, je vous parle demain d’une autre enseigne…