Le , par
LIVE REPORT : les résultats S1 de Carrefour

Carrefour9h42 Bienvenue au Pré Catelan, Paris 16, pour les résultats S1 de Carrefour. La dizaine de minutes de retard ? C’est du classique ici. On est pas chez Casino ;-) Georges Plassat ouvre la séance, presque timidement. La voix n’est pas chaude, l’animal non plus ! Pas grave. Il a du temps devant lui. La parole est d’abord à Pierre-Jean Sivignon, le directeur financier, qui entame par des (remarques) préliminaires (sur le périmètre du groupe et les modifications intervenues au S1). Ce qui permet aussi à l’assemblée de se chauffer !

9h45. Ca y est, on rentre dans le dur des comptes. Le chiffre d’affaires a certes reculé entre 2012 et 2013 : de 36,7 milliards à 36,5. Mais, pour l’essentiel, en raison de modifications de changes (qui pèsent pour – 2,2 %). Par zone, les ventes sont stables en France, reculent de près de 5 % en Europe, progressent de 3 % en Asie et de 14 % en Amérique latine. Côté rentabilité, la situation s’améliore (Dieu que ça doit être bon pour un DAF de Carrefour d’annoncer de relatives bonnes nouvelles !). Le ROC total atteint donc 766 millions d’euros, en hausse de 7,7 %. Explication principale : la maîtrise des coûts d’exploitation, dont on a droit au détail. Sans doute pour montrer à quel point l’état major sait gérer.

9h50. Focus sur la France. Carrefour n’a, là, plus rien à cacher. Le ROC s’envole de 275 à 482 M€. “Fruit de la nouvelle stratégie commerciale avec un meilleur équilibre entre prix fond de rayon, promotion et fidélité“, dixit le DAF. Le CICE a-t-il pu contribuer à l’explosion de la rentabilité ? Réponse : non. Le montant du CICE a été réinvesti dans les actifs en magasin et le personnel, notamment en caisses. En revanche, la situation est nettement moins brillante en Europe. Le ROC s’écroule : de 153 à 36 M€. “Une large part de ce résultat est attribuable à la performance de l’Italie“. Comme tout cela est joliment dit… Car il fallait en fait comprendre que l’Italie perd clairement de l’argent ! Ailleurs dans le monde, c’est mieux. Mais quand même pas au niveau de la France en termes d’évolution. Voilà le premier enseignement à retenir : la France sauve le S1 de Carrefour. C’est à peine croyable si on se replace un an en arrière mais c’est la réalité.