Le , par
Retour chez… Frais d’Ici à Toulouse

Fraisdici1

De temps à autre, j’aime retourner dans des magasins qui ont “fait l’actu” pour voir comment “ils vivent dans le temps”. Aujourd’hui, Frais d’Ici à Toulouse, ouvert en octobre dernier. Passée l’euphorie de la soirée d’ouverture, les premiers mois ont été difficiles, nettement en deçà du budget. En cause : un emplacement nettement moins bon qu’escompté, l’ouverture quasi concomitante d’un Grand Frais sur la même zone, un niveau de communication insuffisant et (à mon goût) une commercialité du point de vent qui aurait pu être poussée davantage.

Une relance de com’ et quelques ajustements plus tard, le chiffre est reparti à la hausse à l’occasion des fêtes de Pâques. A cette occasion, Frais d’Ici a dépassé les 500 tickets quotidiens et, depuis, le CA hebdo dépasserait 55 K€, selon plusieurs sources chez In-Vivo, la coopérative agricole à l’origine du projet. L’objectif de 3 millions en année 1, qui semblait complètement inatteignable il y a encore quelques semaines, est encore loin. Mais s’en rapprocher est possible. 

En parallèle, quelques nouveautés à signaler. D’abord, l’ouverture d’un service click & collect. Ensuite, une prise de parole plus importante en magasin (voir ci-dessous). Comme lorsqu’il s’agit de justifier (avec raison) que tous les produits ne peuvent pas être locaux, notamment hors saison de production. De deux choses l’une en effet : ou s’en passer, ou s’approvisionner à l’étranger. Dans tous les cas, une même nécessité : le dire. Ce qu’a amélioré Frais d’Ici. 

 Fraisdici2