Le , par
Du bon usage du drapeau tricolore…

CassouletWilliamSaurin

Pour ceux qui sont passés ici en août, vous savez qu’au sein d’Editions Dauvers, nous avons mis en place un Observatoire de l’Origine France avec deux objectifs : d’abord, dresser un état des lieux factuel de l’Origine France (en tous les cas quand elle est revendiquée) pour des produits très symboliques de l’alimentaire ; ensuite, établir une banque d’images inédites sur les best-practices sur la manière de revendiquer l’Origine France. Car, vous l’aurez compris, j’assume l’idée qu’il est aujourd’hui indispensable de le revendiquer (relire à ce propos mon plaidoyer pour une Préférence Alimentaire Nationale, publié il y a quelques mois). 

D’ici à la publication de l’étude exhaustive le mois prochain (très chiffrée par principe), je partagerai ici quelques tranches de vie commerciale. Aujourd’hui le cassoulet William Saurin. Et cette question : quel sens le consommateur doit-il donner au drapeau tricolore présent en face avant ? Ou, dit autrement, qu’est-ce que William Saurin tente d’insinuer dans la tête du client ? Manifestement pas que la viande de porc est garantie d’origine France car la marque serait allée au bout de sa logique en le mentionnant. En fait, ce cassoulet est « simplement » cuisiné en France, “sans colorant” et “sans arôme artificiel”. C’est déjà ça, me direz-vous ! Et vous aurez raison. Mais, j’vous mets mon billet qu’une partie des clients ont compris ce qu’il ne fallait pas comprendre : que le porc utilisé est garantie d’origine France.