Le , par
La crise agricole vue des rayons (3)

Cochonou1-BD

Toujours la question de l’identification de la matière première avec, à présent, une best-practice. Cochonou a plusieurs fois été raillé (ici et ailleurs) pour la gentille ambiguité entretenue sur l’origine de ses produits. Que signifie (ou plutôt que veut signifier) un macaron “Fabriqué en France” ? Que le produit est français ? Oui et Non. Oui par la fabrication. Mais non (ou pas nécessairement pour être juste) pour sa matière première. Cochonou lève à présent l’ambiguité. Et vient de rajouter une nouvelle garantie sur ses produits. La preuve en images…

Cochonou2-BD

Reste à présent une question qui m’est parfois posée : pourquoi lier crise agricole et origine des matières premières ? Suis certes pas diplômé en économie (juste en agriculture, n’en déplaise à certains…) mais j’ai vite compris la règle de l’équilibre des marchés. Il en faut des fois très peu pour déséquilibrer un cours, un marché. L’approvisionnement en porc allemand peut ainsi suffire à fermer des marchés chez les charcutiers industriels pour le porc français. Ce qui, mécaniquement, fait baisser le cours puisqu’il faudra quand même bien écouler le cochon breton ! La démonstration est courte et rapide, je l’accepte. Mais une certitude : chaque fois qu’un industriel revendique l’origine française de sa matière première, outre qu’il donne une information indispensable au consommateur (Stéphane Le Foll, un peu de courage pour l’imposer !), il participe indirectement à soutenir les cours. D’où la mise en avant ici de l’initiative de Cochonou.