Le , par
J’ai testé… Sport.Leclerc

SportLeclerc1

Hier, premier jour d’activité pour le nouveau site e-commerce sport.leclerc. Un nouveau site et l’inauguration, pour l’occasion, de la nouvelle extension “.leclerc”. Seul le temps dira si l’extension personnalisée est un investissement utile. En attendant, que vaut sport.leclerc ? Rien de tel qu’une commande pour le savoir…

A la première navigation, l’ergonomie du site est agréable. Claire car peu chargée et, ce qui ne gâche rien, sans pop-up ou publicités intempestives (mais avec des photos qui ne sont pas toute détourées). Pour les clients de l’enseigne (les porteurs de la carte), une bonne surprise : un remise de 5 %. Pour certains produits, davantage encore mais en différé. Ce qui compense une offre courte, centrée sur le football à quelques semaines de l’Euro (mais assumée par l’enseigne / voir le blog de MEL ici).

SportLeclerc2

Côté désagrément, comme souvent avec les interfaces web, Leclerc n’a pas géré (ou mal géré) les tailles des produits. Prenez ces ballons (ci-dessous). Le mini-ballon est fort illogiquement celui dont l’image est la plus grande. 

SportLeclerc3

Pour le retrait, Leclerc joue en priorité la carte du point de vente. Normal, c’est à cette condition que les magasins joueront le jeu. D’abord parce que c’est l’occasion de s’inscrire dans une logique web to store. Ensuite, plus classiquement dans les mouvements d’indépendants (notamment en non-al), c’est sur cette base que seront rémunérés les magasins. 

SportLeclerc4

A noter, pour le retrait, l’arrivée dans quelques cas du drive dans les points de retrait possibles. Là, c’est la logique client qui est privilégiée (vs la logique adhérent qui préfèrera toujours contraindre le chaland à se présenter à l’accueil du magasin, sauf s’il pense vraiment client…). Exemple ici à Concarneau. L’adhérent (adhérente en la circonstance, cc Nathalie ;-) ) a fait le choix de deux points de retrait : l’hyper et le drive. Faudra quand même revoir le store locator. L’hyper n’est pas exactement à l’endroit où la carte l’indique. Rodage, rodage… 

SportLeclerc5

Autre sujet, plus fondamental pour la qualité de l’expérience d’achat : l’identifiant client unique. Impossible, ici, de s’identifier avec son compte Leclerc Drive. Obligation donc pour le e-client Leclerc de créer un nouveau compte, spécifique au site sport.leclerc. A l’heure de l’omnicanalité revendiquée par l’enseigne, voilà déjà le prochain chantier : passer de la théorie omnicanale à la pratique ! 

SportLeclerc6