Le , par
Sensibiliser aux prix les hommes et les femmes en magasin

 

J’interviens de temps à autre en magasins sur le thème du “Penser-Client”, un thème que je porte depuis tant d’années que je ne les compte plus ! Parmi les fondamentaux du “Penser-Client”, l’exécution du prix et de l’offre. Dit autrement, le prix et l’offre sont-ils compréhensibles par le client ? Avant tout, il y a, là, un projet managérial : comment aider les “gens” de magasins à regarder leur outil de travail avec de véritables yeux de clients ? Réponse : en éduquant leurs yeux… 

C’est le thème du petit exercice que je vous livre aujourd’hui ! Proposer aux managers quelques Tranches de vie commerciale (réelles et collectées dans 3 magasins mardi matin, ceux qui me suivent sur Twitter @Dauvers70 doivent les reconnaître) sur lesquelles faire réagir leurs employés. En gros, s’ils voient le problème sur ces exemples qui ne concernent pas leur magasin, ils sont tout autant capables de le faire dans leur propre point de vente. 

Premier thème “A QUEL PRIX SE FIER ?”

 IMG_9867

Ici, un seul produit mais deux prix. Et comme l’action du Saint-Esprit s’arrête généralement à la porte des magasins, c’est bien qu’un homme (ou une femme) a posé une seconde étiquette sans s’intéresser à la première. Ce qui, parfois, outre la difficulté à connaître le “vrai” prix de l’article, est dommageable pour l’image-prix. Exemple avec cette “offre saisonnière” deux centimes plus chères. Car c’est la saison de l’augmentation des prix ? 

Second thème “PLUS J’ACHÈTE, PLUS C’EST CHER ?”

IMG_9864IMG_9863IMG_9866IMG_9875

Classique (hélas) des rayons : les grands formats plus chers que les petits. C’est le cas ici avec Paille d’Or, les cigarettes russes Delacre, les BN ou le café L’Or. Plus difficile à détecter sauf si, lors du réassort, l’employé a ce réflexe de curiosité du prix. Et comptez sur lui/elle pour savoir compter (il sait le faire quand il s’agit de ses propres courses…)

Troisième thème “LA VALEUR DU PRIX”

IMG_9865

Approche plus abstraite du prix, j’en conviens. Mais c’est la plus ultime pour le client. Car, in fine, au-delà du prix, c’est bien la valeur qui prime. Exemple avec ces courgettes… Mardi, dans ce Carrefour Market, les courgettes espagnoles signées “Petit Prix” (les premiers prix de la zone marché) étaient proposées à 1,85 €. Leurs cousines françaises à 1,59 €. Quelle est la valeur de l’offre “Petit Prix” ? Nulle ! Et même contreproductive pour l’image de la gamme économique de Carrefour. 

IMG_9877

Autre scénario : ces confits de canard 4 cuisses (soit environ 1,35 kg). Quelle est ici la valeur de l’offre Pierre Delpeyrat à… 16,10 € ? Bien mince car la marque (qui est 50 à 90 % plus chère que ses concurrentes Larnaudie et Reflets de France) en apporte bien moins. Aucune réassurance ! Alors que Larnaudie se targue en face avant d’un sel de Guérande et Reflets de France d’une origine Sud Ouest garantie de ses canards. Curieux de voir le client qui va acheter la boîte à 16,10 €… C’est toute la subtilité de “l’exécution du prix”. Ici, il est certes “lisible” mais pas “compréhensible” !