Le , par
Carrefour L’Isle d’Abeau : un “p’tit Villiers”, plutôt réussi

Carrefour L'Isled'Abeau Façade

Faute de budgets d’investissement (et c’est pas le plan Bompard qui va améliorer la situation), le concept “Villiers”, du nom de l’hyper pilote imaginé par Carrefour sur plus de 20 000 m2, se déploie lentement. Très lentement même. Alors quand un hyper l’adopte, forcément, ça mérite le déplacement. Direction donc L’Isle d’Abeau, à une trentaine de kilomètres de Lyon. Un hyper type pour Carrefour. Près de 10 000 m2 de surface et un peu moins de 100 millions d’euros. A la différence d’Ecully que je vous avais présenté l’été dernier (revoir ici), L’Isle d’Abeau a eu droit à une “totale”. L’esprit Villiers souffle du début à la fin du parcours-client : en frais, en épicerie et en non-alimentaire, à la fois dans les actifs et dans la signalétique (avec un brin de cross-merchandising plus abouti, notamment sur le PEM). Et le résultat est objectivement réussi. En non-al, le concept apporte une sacré dose de modernisme (même si les clients étaient rares hier après-midi et les vendeurs un brin oisifs) et joue à fond les passerelles entre off-line et on-line. En frais trad, évidemment L’Isle d’Abeau est un cran en deçà, les multiples stands traiteur de Villiers n’étant pas reproduits ici. Pour autant, le résultat est clairement au-dessus de la moyenne d’un hyper moyen. Reste juste à savoir si Alexandre Bompard se laissera convaincre de démultiplier ce qui pourrait remettre quelques Carrefour flaibards dans le match. 

Pour la visite en images, c’est ici >>

Carrefour DGC à télécharger