Le , par
Quelle est la conformité des promos avec la future loi ? La réponse via l’Observatoire promo

Mise en page 1

Retour en France aujourd’hui (promis je vous ramène en Chine demain) pour évoquer l’un des sujets qui va faire cogiter dans les centrales cette année : les politiques promo dans le cadre de la future loi EGA. A date, il est donc prévu de limiter le discount promo à 34 % (sans que l’on sache quand même bien comment sera calculé le prix de référence / un détail… / revoir ici ou ) et le volume promo d’une catégorie à 25 % du chiffre d’affaires. 

D’où l’Observatoire (“exclusif” oui oui pour reprendre un mot décidément trop à la mode…) mis en place par Nielsen, A3 Distrib et Editions Dauvers. Objectif : mesurer la conformité des stratégies des marques et des enseignes avec le probable nouveau cadre législatif. Premier point d’étape aujourd’hui sur la base du T1 2018. Résultat : 12 % des offres présentes en prospectus seraient hors-la-loi selon les calculs d’A3 Distrib sur les 51 746 UB mises en avant de janvier à mars. Un niveau presque identique à celui de l’année 2017 dans son ensemble : 13 %. Logique… D’abord, les plans d’action co sont déterminés bien en amont. Ensuite, quelle enseigne aurait intérêt à anticiper ce qui sera quand même une contrainte ? A noter que sur les boissons sans alcool, plus d’une offre sur cinq serait hors du cadre ! Forcément, une moindre agressivité promo (parce qu’il faudra bien rentrer “dans les clous”) aura des conséquences sur les volumes des marques… 

Autre intérêt de cet Observatoire : mesurer la réalité de la promo en rayons, catégorie par catégorie. Et notamment sur le respect du plafond de 25 % du CA sous promo. Sur la P3 en hypers par exemple, selon Nielsen, plus de 20 catégories alimentaires au sens strict, hors DPH donc (sur 271), dépassent ce seuil. Il y a certes des catégories attendues (les chocolats pour Pâques avec près de 60 % du CA sous promo) mais également des catégories qui sont juste totalement promo-dépendantes et sur lesquelles les marques comme les enseignes vont devoir baisser la voilure avec, là encore, de réels risques sur les volumes. C’est le cas des saucissons secs dont plus de 40 % des ventes de la P3 ont été réalisés sous promo. 

 

Pour télécharger (gracieusement of course) L’Observatoire Promo, c’est ici >>

Obs a télécharger