Le , par
SAMEDI CONSO : mon carnet (retail mais pas que…) de la semaine

SC

SAMEDI CONSO : l’occasion de revenir sur la semaine, en totale liberté comme toujours… Et tant pis si ça pique !

 

 

DIMANCHE

IMG_3063

Direction le Sud pour une semaine que j’entends bien partager entre le soleil de la plage et la clim’ des magasins de la région. Première halte dans cet Auchan. « Mais ils sont où ?, mais ils sont où ?, mais ils sont où ?… les commerciaux Coca-Cola ? ». En vacances visiblement.

 

IMG_3066

Toujours chez Auchan. C’est pas tant que j’ai le projet immédiat d’acheter une machine à laver mais l’offre m’interpelle. Le modèle d’exposition est « à saisir ». Pour me faire craquer ? Royalement, 10 € de remise. Nul besoin de se précipiter. Je continue mon périple (suivant mon étoile…) sans lave-linge.

 

IMG_3923

Arrivée à Marseille. Sur le chemin de la « Bonne Mère », ce Vival où l’expérience-client commence mal, très mal : « Attention à la tête ». Pour l’illustrer, j’envoie « Junior » en repérage. Son pas-tout-fait-mètre-quatre-vingt impose de courber sérieusement l’échine. Le niveau des prix fera le reste.

 

LUNDI

IMG_4060 

A Marseille, La Valentine est un passage obligé. C’est l’un des hypers historiques de Casino. Comme pour toutes les enseignes (c’est tout aussi vrai pour Carrefour ou Auchan), les vieilles gloires ne sont plus ce qu’elles étaient. Mais le « touriste » leur doit le respect. Alors, je vais… prendre des pincettes. Juste un conseil : un peu plus longtemps le poulet dans la rôtissoire. Je sais, c’est un détail, mais quand j’achète du poulet « rôti », c’est pour éviter de le cuire au micro-ondes dans ma location de vacances ! #vie-de-merde ;-)

 

MARDI

IMG_4407 

Toujours chez Géant, mais plus à Marseille (je laisse un peu de mystère #géolocalisation). Le prix n’est pas un petit sujet chez Casino. Piloté au millimètre et au plus haut niveau (tellement à haut niveau que j’en apprends souvent bien davantage aux directeurs de Géant que l’inverse). Donc comme il suffit d’un clic pour piloter les prix partout en France, une p’tite recommandation à la cellule prix : lundi matin, intéressez-vous donc au prix du BN choco !

 

MERCREDI

MercrediIMG_4380 

Suite du périple. Un Leclerc balnéaire (il se reconnaîtra et, je l’espère, me reconnaîtra la bonté de ne pas le citer). Ici, le client est captif. Donc le « Penser-Client » une matière optionnelle. Même si l’idée sous-jacente est légitime, le « IL EST INTERDIT DE DÉLOTER LES PACKS » manque jusque de diplomatie commerciale. Un peu d’amour (de ses clients), que diable !

 

MercrediIMG_4385 

Le même Leclerc. Dans l’allée centrale, une palette promo de Coca-Cola par 24. Je passe sur le prix (15,50 €, c’est 50 % plus cher que le prix moyen France et… 70 % que le plus compétitif des Leclerc, voir ci-dessous). Ce qui m’intéresse, ici, c’est le nom du fournisseur que l’hyper a laissé sur l’affiche : Sequoia Invest et non… Coca-Cola puisque la marque et l’enseigne sont fâchées depuis plus de 6 mois obligeant Leclerc à importer du soda polonais par camions complets. Comme je suis curieux, je me renseigne sur Sequoia Invest. La société a été créée en février dernier et le nom de sa mandataire sociale laisse à penser qu’elle est bien davantage polonaise (ou d’origine polonaise) que moi ! Opportunisme de bon aloi.

Mercredi(1189)Capture d’écran 2018-08-17 à 09.43.36

  

JEUDI

JeudiCapture d’écran 2018-08-17 à 15.47.16 

France Info interroge (sérieusement puisque c’est… France Info) Jacques Rouchaussé, le président de « Légumes de France », représentant les producteurs. Question donc : « On parle aujourd’hui de melons à 5,50 euros et de 8 euros le kilo de tomates, que se passe-t-il ? ». Réponse : « Quand j’entends ces prix je fais un bond sur ma chaise, parce qu’aujourd’hui quand on voit le prix qui est payé au niveau des producteurs on se pose quand même de réelles questions ». Tu m’étonnes… En fait, je suis moi aussi tombé de ma chaise. Parce que pour trouver des melons à 5,50 € et des tomates (rondes ou grappes) à 8 € le kilo, faut quand même s’y mettre, foi de mec qui passe ses vacances en magasins… Et quand bien même de tels prix peuvent être observés ça ou là, que pèsent-ils sur le marché ? Rien. Le sérieux a déserté France Info. Espérons que ça ne soit que le temps de l’été (quand l’info manque et qu’il faut la… créer).

 

118110102IMG_4514 

Monaco. OK, en apparence, ça fait mec-qui-se-la-pète mais l’arrivée sur le Rocher en Fiat, ça calme toutes les ambitions… Stop au Casino (le supermarché, à chacun ses addictions !). L’occasion de mettre des chiffres sur le niveau de vie des Monégasques. Au hasard (ou presque) : Pepsi. Le PET 1 l est à 1,33 € (+ 30 % vs le prix moyen France), le PET 1,5 l est à 1,58 € (+ 34 %) et la version Max à 1,67 € (+ 52 %). Je quitte le Rocher illico !

 

IMG_4353 

De retour de Monaco. La Colle sur Loup. Leclerc est  « le moins cher de la région ». Qui le dit ? Quiestlemoinscher.com, le site de Leclerc. Juge et partie. Bof.

 

IMG_4554 

Ubaldi est une enseigne d’électronique et d’équipement de la maison présente sur la Riviera. L’enseigne s’est fait une spécialité des promesses qui « claquent ». Ici, le paiement est en… 24 fois. Pas moins. Et la livraison express : le produit acheté jusqu’à 13h peut être livré dès 14h. Et sans exagération aucune bien sûr.

Capture d’écran 2018-08-17 à 11.57.06

  

Disparition d’Aretha Franklin. Loin du retail. Très loin. Qu’importe. Il y a tellement plus important… Ecouter religieusement “I say a little prayer”. Et comprendre qu’il n’y a pas de plus belle déclaration, sublimée par la “soul” et sa reine. 

IMG_4632

 

VENDREDI

IMG_4605 

Retour sur Marseille. Hôtel Mama Shelter. Le « décalé » est LA marque de fabrique de la chaîne (co-propriété d’Accor, de la famille Trigano et de Michel Reybier, l’ex « roi du saucisson »). Du début à la fin de l’expérience-client, rien ne ressemble à Mama Shelter. Et peu importe que l’humour potache de la moquette devant ma chambre soit contestable, que les murs soient en béton brut ou qu’y soient accrochés des masques de Spiderman ou de GrosMinet, Mama Shelter est bourré de partis pris. Et à l’heure où l’offre est sur-abondante (qu’il s’agisse d’hôtels comme de magasins), il est urgent de s’écarter de la moyenne. Donc d’assumer ses partis pris.

IMG_4607

 

Balade sur le boulevard Baille. Vival. Rayons « troués ». Quasi vides pour l’ultra-frais. J’interroge le maître des lieux. La réponse (avé l’accent, ça rend mieux évidemment) : « Oh, vous savez, le précédent gérant est parti sans rien commander, moi je ne suis là que pour 15 jours, alors… ». Alors je vais au Carrefour City d’à côté…

IMG_4602

 

Carrefour City à quelques mètres du Vival. Je joue de malchance. Rayons tout autant décharnés. Je fais aussi mon curieux. « On a un nouveau gérant et c’est pas facile pour les commandes ». L’ancien gérant du Vival serait-il devenu le nouveau gérant du City ? La réponse nécessite une véritable enquête. Et comme je suis en vacances (et qu’il n’est pas question de travailler), vous… ne l’aurez pas. A lundi !

IMG_4603IMG_4604