Le , par
Promo et EGA : toujours très très loin du compte !

Obs Promo

Nouvelle livraison de l’Observatoire Promo A3 Distrib / Nielsen / Editions Dauvers. Un Observatoire toujours aussi exclusif puisque s’y répondent les stratégies des marques et des enseignes (via les mesures d’A3 Distrib) et la demande des consommateurs (via les relevés de Nielsen). Une nouvelle fois, l’enseignement est clair (fidèle aux livraisons pour le T1 et le T2) : les stratégies promo n’ont pas encore intégré le futur cadre législatif, limitant à 34 % l’avantage tarifaire et à 25 % la part du chiffre d’affaires réalisé sous promo. 

Dans le détail, 8 % des offres promo proposaient encore un niveau de remise supérieur à 34 %. Un niveau certes plus faible qu’au T2 (11 %) et au T1 (12 %) mais, traditionnellement, les mois d’été sont moins généreux. D’ailleurs, parmi les offres avec une mécanique promo de type bon d’achat, 31 % étaient au-dessus du futur niveau maximum. Plus significatif encore : la part du CA sous promo catégorie par catégorie, reflétant le comportement du client. Sur la P9 par exemple, 36 catégories (sur les 188 concernées par la loi EGA, soit une sur cinq) étaient au-delà du seuil de 25 % du CA en promo. Et parfois bien au-delà comme le champagne qui dépasse allègrement les 40 % des volumes en promo. Casse-tête en perspective ! Car autant il ne sera finalement pas si difficile de contourner les dispositions EGA sur le taux de remise, autant gérer la demande conso est autrement plus compliqué. Sauf à accepter un recul significatif des ventes sur ces catégories. Ce qui est bien davantage l’affaire des industriels que des enseignes en fait. Pas franchement ce que les promoteurs des ces dispositions réglementaires souhaitaient… 

La totalité des résultats sont disponibles en libre-téléchargement ici >>

ObsPromoàtélécharger