Le , par
Cora s’allège de mètres carrés et de mètres linéaires

IMG_2230

Comme Carrefour et Auchan, Cora est victime du désamour des consommateurs pour les (trop) grands hypers. En moyenne, un Cora jauge 10 000 m2 et nombre d’unités dépassent encore les 12 000, niveau qui, de source interne, a été fixé comme la surface à ne plus dépasser. Certes, chez Cora comme ailleurs, pas question de dogmatisme sur le sujet, plutôt de pragmatisme. A chaque hyper de s’adapter, en témoigne ici Perrigny, près de Dijon. Comme souvent, c’est d’abord le non-al qui trinque ! Faut dire que l’enseigne a enregistré l’an dernier un recul de 10 % sur ces rayons. Enorme. Et donc intenable dans le temps sans un ajustement. A Perrigny, l’hyper a perdu plus de 1 500 m2 sur son flanc droit. Mais, en parallèle, a aussi réduit son linéaire développé en condamnant, selon les rayons, le premier ou le dernier niveau vendeur. Au passage, un effet plutôt positif pour les clients. Lorsque c’est le premier niveau vendeur qui est supprimé (voir photos), c’est objectivement moins contraignant qu’avant (et raccord avec les recommandations Carsat, je me souviens d’un test à St Dié à l’origine). Et lorsqu’il s’agit du dernier niveau, c’est l’occasion de mettre en place une signalétique très explicite pour les clients. Dans tous les cas, un singulier contre-pied aux stratégies de compactage de l’offre en cours ailleurs ! 

IMG_2238 IMG_2237 IMG_2239 IMG_2244