Le , par
Drive piéton vs proximité urbaine (1)

 Drive Piéton Leclerc

Il y a parfois chez moi des obsessions (ou vues comme telles par ceux qui ne partagent pas la conviction initiale !). Le drive piéton en est une… Depuis longtemps, je considère que le drive piéton est une menace objective pour la proximité urbaine et l’ai souvent partagé ici. Sur les trois déterminants qui peuvent construire la préférence des clients envers un magasin (le prix, l’offre, l’expérience), il s’impose largement sur deux d’entre eux. L’offre des drives piétons est généralement deux fois plus large que les magasins de proximité et les prix 15 à 25 % plus bas. Quand vous avez ces deux atouts, il est simple de comprendre que vous représentez un intérêt aux yeux des consommateurs… Sur l’expérience, en revanche, la proximité classique conserve l’avantage de la disponibilité des produits, alors qu’il faut compter au minimum 2 à 3 heures entre la commande et le retrait pour les drives piétons. 

Voilà donc pour le cadre général. A présent, passons aux cas particuliers via une série de posts à venir où, localement, j’irai mettre quelques datas sur ce match à venir entre drive piéton en centre-ville et proximité urbaine traditionnelle. Au fil des semaines, j’irai donc à Lyon, à Reims, à Nantes, à Lille, etc. Première contribution aujourd’hui, totalement exclusive of course, le positionnement prix des 35 Leclerc piétons implantés en centre-ville. En moyenne, ils affichent un indice de 93,8 (bien servis, il est vrai, par les 4 nantais à 87,1 !). Mais, même Nantes exclue, l’indice demeure sous les 95 lorsque la proximité urbaine dépasse allègrement 115. Et l’exemple vaut aussi pour les piétons de Carrefour… Faut-il être sorti de très grandes écoles pour comprendre qu’avec 20 points d’écart, une part non négligeable du business basculera ? Certes, ceux qui doutent encore (et c’est respectable) objecteront la rentabilité du modèle, encore bancale. A ce stade (et j’y reviendrai), une observation pour alimenter la réflexion : le rapport mètres carrés / chiffre d’affaires est autrement meilleur avec un modèle drive piéton. Au-delà d’un million d’euros par point de retrait (bien peu y sont encore !), le coût du loyer est 2 à 3 fois inférieur à un magasin de proximité classique. 

A suivre…