Le , par
Prix du lait : ça serait presque de l’entente (mais si c’est pour la bonne cause…)

IMG_1592

En mars dernier (ainsi que je l’avais révélé ici), Lidl avait osé dépositionner le prix d’un produit “marqueur” : la brique de lait. Du jour au lendemain, pour tester la réaction de Leclerc, Lidl avait augmenté de 2 centimes le prix de sa brique de lait MDD : de 72 à 74 centimes, tandis que Leclerc était toujours à 72 centimes. “2 centimes qui changent tout pour l’éleveur en bout de chaîne“, m’avait alors expliqué Michel Biéro, le patron des achats de Lidl, autour d’un café et… d’un micro (“CAFÉ CONSO” toujours en libre-écoute ici). En gros, il s’agissait de faire remonter le prix de marché (le prix payé par le consommateur) pour permettre aux enseignes d’améliorer le prix d’achat aux éleveurs. En 2019, déjà, Lidl avait pris le même pari et… l’avait perdu. Quelques mois plus tard, en septembre, le “marché” (en l’occurence Leclerc) n’avait pas suivi. Et Lidl avait donc revu son prix à la baisse. Cette année, Michel Biéro s’était donné jusqu’au 1er septembre pour convaincre indirectement Leclerc de s’aligner… à la hausse. Et comme nous sommes le 1er septembre, je peux donc annoncer le résultat des courses ! Entre-temps, Leclerc a bien remonté le prix de sa brique MDD à 74 centimes. Ce qui laisse à penser que Lidl va maintenir sa propre brique à 74 centimes aussi. Présenté comme, ça en serait presque de l’entente ! Pour autant, c’est aussi une façon de poser économiquement ET sérieusement le problème de la rémunération des agriculteurs français : c’est bien parce que le consommateur est prêt (ou non) à payer pour ce qu’il a dans son assiette (ou ici dans son bol) que le paysan pourra en vivre décemment. Ou non. 

IMG_1562