Le , par
Les animaux ont bon dos !

CoraViandeUn vendredi matin ordinaire dans ce Cora de la métropole lilloise. Ouvert depuis à peine une demi-heure, l’hyper est encore calme. Sauf au rayon boucherie, où un attroupement inhabituel signale qu’il s’y passe quelque chose de particulier. C’est la « démarque ». Une pratique visiblement courante m’explique un habitué. La viande dont la date limite est fixée au lendemain (soit encore 36 h de consommation théorique) est « cassée » : un prix qui baisse d’environ 70 % et un nouveau libellé. La noix à braiser, la tranche à fondue ou l’entrecôte sont désormais de la simple « viande pour animaux ». Hypocrisie, évidemment. Le soin avec lequel les clients cherchent « le » meilleur morceau ne trompe personne. Ici, les clients sans le sou – ou tout simplement opportunistes – remplissent leur propre réfrigérateur plus que la gamelle de leur canidé.