Le , par
Prix : Géant et Leclerc relâchent (encore), Market frétille (enfin)

DISTRI PRIX Avril

Nouvelle livraison de l’étude DISTRI PRIX (A3 Distrib / Ed. Dauvers) et, à nouveau en avant-première, une vision assez fine des stratégies actuelles des enseignes. Déjà, et comme évoqué ici, ça relâche gentiment en tête de classement. Leclerc et Géant s’envoient mutuellement d’amicaux signaux de fumée sur l’air « si tu me cherches pas, je ne te cherche pas et on soigne tous les deux nos marges ! ». Les deux enseignes sont en effet à leur plus haut niveau d’indice (tout est relatif quand même…) depuis un an. Conséquence, l’écart avec Carrefour diminue. Mais l’enseigne s’entête dans son aberrante politique commerciale où les drives sont moins chers que les hypers. Dans la vie off-line en effet, Carrefour concède plutôt 5 pts à Leclerc (que 1,5 pts on-line). Comment je le sais ? Parce que « j’amuse » (c’est le mot juste) à faire des relevés on-line et off-line un peu partout en France au gré de mes balades et parce qu’il m’arrive de voir s’assez près d’autres indices (comprenne qui pourra ;-).

Carrefour toujours mais en supermarchés à présent. L’enseigne a annoncé une énième baisse de prix et y a même dédié son prospectus du moment. Trop tôt pour assurer que ça sera la bonne mais l’indice frétille : – 0,3 pt à 104,5.

Enfin, en bas de classement, le « cas » Monoprix. Intéressant cas… Très très lentement mais très très sûrement, l’enseigne laisse filer son indice. Pour vous décoder la stratégie actuelle de l’enseigne : Jean-Charles Naouri teste l’élasticité de Monoprix. La question : jusqu’où tranquillement monter les prix sans que les volumes décrochent ? Ce qui, vous l’aurez compris, maximise la marge. Un bon cas pour étudiants en école de commerce…

Pour recevoir les résultats complets et la méthodo, un p’tit mail ici