Le , par
Penser-Client : ne jamais dissocier le prix d’un lot de la composition du lot

Encore un post consacré à ma marotte : le Penser-Client, ou le commerce VRAIMENT vu avec un œil de client. Aujourd’hui, un “truc” tout simple pour améliorer la compréhension de vos offres, notamment en fruits et légumes : ne jamais dissocier le prix d’un lot de la composition du lot. Exemple dans un Leclerc, que je prenais récemment en flag’ de ne pas l’avoir intégré. 

Voici deux exemples : sur les kiwis et les salades. Vous lisez clairement un prix et, dans le cas des salades, vous pouvez même imaginer qu’il s’agit du prix de la pièce. En réalité, pour 1,80 €, il y a bien 2 salades. Mais la composition est écrite en caractères minuscules donc… peu lisibles. Ce qui peut même avoir un effet néfaste sur l’image-prix. Parce qu’à 1,80 € la salade, c’est juste… hors de prix !

IMG_1575-BD IMG_1584-BD

 

Sensibilisé au sujet (et partageant le point), le magasin a aussitôt revu sa copie. Objectivement plus clair. 

IMG_1814

IMG_1815

Mais il y a néanmoins mieux à faire. C’est mon avis et… je le partage ! La règle ? Associer visuellement (et par principe intangible) le prix et le lot. Comme ça… 

KIWIS2 SALADES2