Le , par
Carrefour : la bourse sanctionne des résultats pourtant convenables

Carrefour Bourse

Présentés hier à Paris (et librement chroniqués ici dans mon LIVE REPORT), les résultats de Carrefour n’ont rien d’infamant. Le ROC (résultat opérationnel courant, le “juge de paix”) s’affiche à 2,45 milliards d’euros, en hausse de 2,4 % malgré un effet de change défavorable. En outre, Carrefour est au rendez-vous des attentes, particulièrement en France où, à la différence de Casino, le groupe a rendu la copie que l’examinateur (comprendre : la bourse) escomptait. Et pourtant… Et  pourtant, hier soir à la clôture, Carrefour s’effondrait de 6,5 %. A moins de 24 €, le titre n’est certes pas au plus bas historique (13 €), il n’en reste pas moins très éloigné du plus haut de l’ère Plassat : environ 33 € il y a un an. 

Comme souvent, il faut chercher dans le fonctionnement de la bourse pour comprendre pareille correction hier (et, ce, alors que la veille Casino ne reculait “que” de 1,2 %). La bourse ne juge pas les résultats passés mais anticipe les performances futures. Là, Carrefour a été bien trop évasif pour convaincre. En Chine, la perte devrait encore se creuser cette année. A quel niveau ? Mystère. C’est sous contrôle, a répondu en substance Georges Plassat à des analystes qui venaient d’apprendre quelques minutes plus tôt que, contrairement aux plans initiaux, l’activité Dia en France serait elle-aussi encore dans le rouge en 2016. Autre déception, en tous les cas pour ceux qui attendent des annonces précises et non des grandes directions : les ambitions de Carrefour sur la toile sont certes affichées dans leur principe mais manquent toujours de chair pour convaincre la Bourse qu’il y a un vrai potentiel. Et ce n’est pas le rachat confirmé de Croquetteland et ses 7 millions de CA (annoncé ici il y a trois semaines) qui allait mobiliser les actionnaires… La bonne nouvelle néanmoins : pour ceux qui ont trois sous, à 23 €, l’action Carrefour est aujourd’hui… en promo à la Bourse !