Le , par
[ Exclu ] Le concept Carrefour pour son cluster “Classique” est prêt. La visite à Ormesson ici…

IMG_5797

Vous connaissiez (peut-être) Essentiel, Rebond et Next, comme autant de concepts Carrefour ? Ça n’était qu’en 2019 mais… vous pouvez déjà oublier. Voici à présent les trois nouveaux “clusters” dans le jargon Carrefour : Maxi (j’ai commencé à vous en parler ici en début d’année), Classique et Premium. Chaque cluster a son magasin prototype, celui où on règle, rode, affine. Pour Maxi, c’est Saint-Denis (ici), pour Premium Montesson et donc pour Classique Ormesson. Un hyper dont la rénovation est quasi achevée, justifiant d’une visite “officielle” ce mardi. 

Pour faire simple, Classique constitue le gros du bataillon des hypers Carrefour : en situation moins difficile que les 32 qui doivent adopter le concept Maxi, mais pas dans une zone aussi favorisée que Montesson par exemple pour devenir Premium, dont le nombre final variera en fonction des capex disponibles. Car, évidemment, tout est affaire de capex et d’ajustement par rapport au potentiel commercial. Chez Carrefour, le top management est en effet durablement vacciné contre la gabegie qu’avait représenté la rénovation (à très grands frais donc) de Villiers. 

Classique vise à relever l’ensemble des standards mais sans pousser les curseurs trop loin. En ce sens, Ormesson décevra ceux qui s’attendent à un effet waouh. Pour autant, l’hyper offre une copie intéressante à décortiquer sur plusieurs points. En premier lieu, l’exécution du prix, autrement plus puissante désormais. Le test de L’Isle-Adam (révélé ici) a donc été validé et déployé. En non-alimentaire, Carrefour a osé des partis pris, à commencer par la réduction de l’EPCS. Les “nouvelles” mobilités y ont gagné une réelle visibilité. Pour la commercialité, Carrefour a imaginé une technique intéressante pour les “avants” de rayon. Lorsqu’il faut rassurer par la séduction (pour la maison par exemple), alors les “avants” sont traités sur table. Lorsqu’il faut rassurer par le prix, alors c’est… place au palettes au sol (voir le pet-food par exemple). En PGC, la parfumerie se déploie sous le nouveau concept avec la parapharmacie au cœur de la zone. Les produits du monde se musclent encore avec 30 % de réfs en plus (pour une croissance à deux chiffres du CA), tandis que la zone bio (dite “Bio Expérience” en jargon Carrefour) perd une allée mais… sans baisse de chiffre. Preuve, en creux, que le bio est souvent inutilement surlinéarisé ! Mais, ça, c’est un autre sujet… 

Pour la visite en images, à vous de scroller >> 

IMG_5801 IMG_5803 IMG_5804 IMG_5805 IMG_5806 IMG_5807 IMG_5808 IMG_5810 IMG_5809 IMG_5811 IMG_5813 IMG_5814 IMG_5816 IMG_5817 IMG_5818 IMG_5819 IMG_5820 IMG_5822 IMG_5823 IMG_5825 IMG_5826 IMG_5827 IMG_5829 IMG_5830 IMG_5835 IMG_5836 IMG_5837 IMG_5838 IMG_5840 IMG_5842 IMG_5843 IMG_5844 IMG_5849 IMG_5850 IMG_5852 IMG_5853 IMG_5854 IMG_5855 IMG_5856 IMG_5857 IMG_5858 IMG_5859 IMG_5860 IMG_5865 IMG_5866 IMG_5862 IMG_5864